DERNIER ALBUM

The Cassette Sunday revient avec le VOL 2 composé de 16 titres. Des petites cassettes dispersées dans l’immensité de l’univers et ce tous les dimanche matin. Comme ça t’es prévenu.

banner
THE CASSETTE SUNDAY VOL.2

Blog

Sampler des vinyles ou des sources numériques ?

Doit-on sampler sur vinyle obligatoirement ? Ou bien n’importe quel bruit venant de n’importe quelle source ? (Youtube, Deezer, CD, Flac, radio, K7… etc) Après avoir longtemps réfléchi à la question, je reste persuadé qu’on peut en théorie sampler n’importe quelle matière. Cela dépend juste de ce que l’on va en faire. Comme pour le pseudo combat entre Hardware et Software, je pense que l’essentiel est toujours dans le résultat.  Je connais des gens qui font de très bon beats en tout numérique et de très mauvais en tout analogique.

L’avantage de sampler ce que l’on veut c’est que l’on a accès au catalogue le plus vaste possible. Certaines chaines Youtube d’ailleurs sont très appréciées de nombreux diggers grâce à leurs uploads bien choisis. La facilité aussi car en deux trois clics on peut trouver un artiste dont on a entendu parler et rechercher toute sa discographie dans la meilleure qualité possible. Vu comme cela, il est vrai qu’à première vue, c’est difficile de luter contre un tel confort. Si l’on ne détune pas son sample de bonne qualité (FLAC ou MP3 320) ou mieux qu’on l’accélère en le mixant de bonne façon, seules quelques oreilles au monde pourront dire de quel format vient la source. Par contre, lorsque l’on bosse sur des machines et qu’on essaye de détuner un sample de qualité bonne qualité, on ressort avec une belle bouillie numérique complètement dégueulasse. Le numérique est donc très confortable à bien des égards.

La qualité pure du vinyle est toujours supérieure aux autres formats que l’on peut trouver dans le commerce et surtout c’est de l’analogique, ce qu’il fait qu’il n’est pas échantillonné numériquementcomme le CD. Lorsqu’on rentre un vinyle dans une machine ou un logiciel et qu’on le détune fortement, suivant la qualité du sampleur, le signal sort de plus ou moins bonne qualité. Mais en utilisant un sampleur hardware, cela sera toujours largement meilleur qu’avec une source numérique. Utilisant beaucoup le détune, c’est une chose très importante à mes yeux.

Outre la chaleur de l’analogique qui est bien entendu très importante, pour moi, l’autre avantage du vinyle est plus philosophique qu’autre chose. Ce n’est pas nous qui allons vers la matière, c’est la matière qui vient vers nous. Nous sommes tributaires des vinyles que l’on achète (souvent par lots ou dans les brocantes). Les vinyles coûtant toujours beaucoup plus chers que trois clics sur internet, la matière ne se met pas de côté. Il est donc indispensable d’essayer de tout sampler, même des musiques qui à première vue ne rentrent pas dans nos critères de choix. C’est là tout l’intérêt selon moi du vinyle. L’autre bonheur aussi, c’est de pouvoir travailler sans ordinateur allumé, de toucher la matière, de prendre son temps. La musique est tellement « fast-food » aujourd’hui que prendre son temps pour ouvrir les pochettes, aller en acheter etc procure plusieurs instants assez jouissifs… Comme on dit, le voyage est parfois plus important que la destination.

Tout est une question de choix. Aucune méthode n’est mieux que l’autre pour moi. Il faut juste utiliser celle qui nous convient le mieux. Je sample à 99% sur vinyle depuis quelques années maintenant et en ce moment je bosse à 90% en hardware et parfois je fais un peu de logiciel, après ça dépend surtout de l’usage et de l’humeur.

Aucun commentaire

Publier un commentaire